Nous contacter Flux RSS

Vous dormez ou quoi ? (Militons pour la sieste au travail !)

5 août 2009 - Billet mis dans Organisation et productivité

Vous dormez ou quoi ? C’est pas l’heure de la sieste !

-001

Hé bien oui, ça arrive d’être moins attentif, plusieurs fois par jour même. Peut-être que justement ça devrait, être l’heure de la sieste. On ne peut objectivement pas être productifs à 100% toute la journée. Même dans nos métiers « Web » peu physiques de créateurs de sites et développeurs PHP, qui réclament surtout de la concentration – en face d’un interlocuteur, d’un écran, ou d’un téléphone – notre rythme biologique normal nous rend alternativement au mieux de notre forme comme fatigués et peu réceptifs. (De plus les travailleurs du Web sont connus pour avoir des horaires particulièrement atypiques: sans les y encourager mais en laissant chacun maître de son planning, j’ai souvent vu des collaborateurs de NetAgence rendre un développement ou un travail graphique à des heures bien matinales…)
Or nous restons dans la plupart des sociétés, dans la société en général, redevables d’être « au top » toute la journée: capables de comprendre, réagir, suggérer, exécuter parfaitement en une fraction de seconde. Qui a déjà assisté à une réunion de 2h juste après un repas trop copieux sait pourtant que certains fonctionnements aussi peu productifs n’auraient pas lieu d’être – si l’on soucie que chaque heure d’un(e) collaborateur (trice) sur le lieu de travail soit utile à tous.

Tout le monde sait que le sommeil est un mécanisme de réparation psychique et physique essentiel à la santé. Et pourtant qui a aujourd’hui le luxe de dire à son travail « Je reviens dans 20 mn, je fais faire une sieste » ? Le sujet controversé de la sieste au travail suscite pourtant à juste titre l’intérêt des employeurs, des employés, des hommes politiques, comme des scientifiques et des journalistes. On sait que des gens au rythme particulièrement effréné dans le milieu de la politique, du sport et du show-biz, pratiquent efficacement la sieste comme un secret encore relativement honteusement gardé.

Il est bien prouvé que la sieste est bénéfique pour la santé et pour la rentabilité du travail, car elle permet une revigoration rapide et la récupération de l’énergie perdue au cours de la première partie de la journée. Dans sa forme la plus « concentrée » (power nap) la sieste est généralement un sommeil de 15-20 minutes pris en milieu de journée, d’habitude après le repas, qui a une forte contribution à la dissolution du stress, à l’augmentation des performances physiques et psychiques et implicitement à l’amélioration de l’efficacité au travail. Généralement parlant, la sieste au travail nous permet de vivre en bonne santé et ses effets se reflètent dans toute notre activité quotidienne, devenant un vrai mode de vie.

Evidemment certains grincheux (ayant mal dormi sûrement) diront qu’elle est une perte de temps payé, une bonne occasion de fainéanter au travail, ne se justifiant pas en l’absence d’une habitude culturelle. Selon eux, seuls les pays chauds peuvent adopter le repos en cours de journée, en raison de la chaleur qui empêche les gens de travailler dans l’après-midi. De plus, certains considèrent que le bon sens obligerait les employés à dormir chez eux, pas au bureau. Arguments non recevables quand on sait les bénéfices que tous dirent d’une telle pratique – et l’employeur en premier si l’on veut !

Venant une fois de plus à l’appui des défenseurs du concept de sieste au travail, un groupe de scientifiques américains (University of California in San Diego) a récemment démontré qu’un petit somme au milieu de la journée stimule la capacité de résolution créative des problèmes de près de 40%. Concrètement, l’Université UCSD a testé 77 volontaires, à qui on a donné une énigme à résoudre soit en dormant ou en se reposant. Seules les personnes endormies et passées en « phase de sommeil paradoxale » ont amélioré leur capacité à résoudre l’énigme à 40%. La sieste permettrait d’améliorer la qualité du travail, la concentration ainsi que la mémoire. Ainsi, leurs recherches ont mis en évidence que le REM (mouvements oculaires rapides ou le sommeil paradoxal), la phase du sommeil où la plupart des rêves ont lieu, favorise l’apparition de nouvelles connexions nerveuses, qui ne se produisent pas dans le stade non-REM ou quand un individu est éveillé. Pendant le sommeil REM notre cerveau est à la quête d’une solution pour les problèmes auxquels nous avons réfléchi jusqu’à ce moment-là. Tandis que le passage du temps peut nous offrir des solutions aux problèmes plus anciens, le REM contribue à l’intégration des nouvelles connaissances dans notre expérience passée, en créant un puissant réseau d’associations qui seront utilisées ultérieurement. Les résultats du test effectué ont été concluants, en prouvant qu’on est capables de résoudre plus facilement un certain problème après un sommeil de qualité, c’est-à-dire un sommeil qui atteint le stade de REM.

Ces recherches sont très importantes pour changer la perception de la société vis-à-vis de la sieste au travail,qui reste un sujet un peu tabou. La plupart n’ont pas à ce jour le contexte pour dormir au bureau, sous peine de passer pour un paresseux, un planqué. Malgré tout, les conceptions sur la sieste au travail changent rapidement. Le Journal du Net a réalisé un sondage en mars 2009 sur la sieste au travail. Sur 115 personnes, 95 seraient « pour » et seulement 15 personnes seraient « contre ». Il y a quand même des entreprises dans le monde qui ont décidé de « tester » cette idée: elles mettent à disposition de leurs employés des matelas ou des lits où ils peuvent faire la sieste lors du déjeuner. Certains experts suggèrent au pire de faire la sieste à midi dans sa voiture pendant une vingtaine de minutes. Même si on ne dort pas assez profondément pour tomber dans la phase ‘paradoxale’, le sommeil est toujours bénéfique.

Et même pour caricaturer sans trop d’excès, il n’est pas néfaste de couper court à ce qui conduit, dans certains métiers particulièrement soumis au stress à des rythmes inhumains, soutenus par des béquilles artificielles. De la boisson énergisante dont l’excès nuit, du médicament « basique » aux substances les plus illicites – le dopage ce n’est pas que dans le sport.

Bref relâchons la pression et remplaçons le management par le stress par la confiance: donnons pour commencer le droit à la sieste à chacun, répandons à grande échelle l’information que la sieste au travail est bénéfique à tous ! Je m’engage à laisser à chaque collaborateur de NetAgence la libre appréciation d’une sieste nécessaire, et ne planifierai pas de réunion après manger. Qui lance un mouvement avec nous ?

Sur ce je vous laisse, c’est l’heure de ma sieste…

Commentaitres fermés.

Devis gratuit